LE BRODEUR, BIANCA JOUBERT, 160 PAGES, 21.95$,ISBN 97822923896168
« Dans le dénuement j'ai trouvé l'abondance. » raconte Bianca Joubert parachutée à la lisière du Sahel dans un lieu sans miroirs, fenêtres ou vitrines pour lui rendre son reflet. Elle se retrouvera dans les gestes taciturnes d'un brodeur coincé entre ses croyances et la modernité au creux d'un village où les femmes marchent un enfant au dos, un plateau sur la tête en tricotant. Par delà les nuits où le silence est d'une telle qualité qu'on croirait entendre le scintillement des étoiles leur histoire se déploiera, cousue de malentendus et de non dits. Le brodeur quittera ce pays où il dessine des motifs magiques à l'échancrure des cols, où les sorcières concoctent des potions d'espoir avec des feuilles de baobab pour retrouver l'Occident et ses plantations d'oranges amères. Un livre en sfumato où l'on apprend à lire son avenir dans le profil des dunes.
Bianca Joubert est née à Montmagny en 1972. Elle est lauréate du Prix littéraire Radio-Canada 2008.
Le léopard ne se déplace pas sans ses taches, ce sont des « histoires naturelles », dans lesquelles les uns observent les autres, dans un chassé-croisé narratif, où les trains, les rames de métro et les avions deviennent des voies vers la fiction, et où les voix et les points de vue s'entremêlent, créant un réseau de récits labyrinthes, peuplés de personnages atypiques, dont certains meurent dans une indifférence angoissante.

« J'écris sur la ligne rose, ocre et orangé de l'horizon qui se dégage. Écrire du ciel ne permet pas d'apaiser ce monde. Mais le voir dans son ensemble permet d'en raccommoder des petits bouts. »Pluie d'oiseaux, hôtels incendiés, migrants noyés, éleveur d'oiseaux, amours impossibles et commerce de diamants… Cette courtepointe de sentiments humains et de souffrances inhumaines prend racine dans les continents américain, européen et africain, lesquels gardent la trace du commerce triangulaire.

La vie et la mort s'y retrouvent tour à tour à l'avant-plan, montrant de quoi l'être humain est fait, de quoi il est capable. Du pire comme du meilleur. Du plus cohérent au plus absurde. C'est un retour aux origines, qu'elles soient blanches, rouges ou noires, un départ vers l'ailleurs pour revenir à soi, comprendre de quoi l'on est fait. Les voix sont celles de soi ou de l'autre, je n'est plus moi, mais lui ou elle, il est toi et moi, l'humain, citoyen du monde.
LE LÉOPARD NE SE DÉPLACE PAS SANS SES TACHES, BIANCA JOUBERT, 151 PAGES, 24.95$,ISBN 97822923896571